Axes de recherche

Au regard de la nature de la documentation archivistique inventoriée par chaque participant au programme et présentée lors du séminaire d’équipe à Rome (EFR, le 30 septembre 2014), quatre voies d’analyse ont été retenues:

  • la population des peintres.

Les fonds rassemblés (délibérations, procès-verbaux des collèges/guildes et confréries) mentionnent de nombreux maîtres et donnent une idée précise : du nombre de peintres présents dans une ville à une date donnée ; de leur origine géographique, éclairant ainsi les logiques de migration des artistes en Europe occidentale.

Les villes retenues couvrant plusieurs territoires nationaux, cela permettra d’aller au-delà des données fragmentées que fournissent les études locales ou provinciales. Ce séminaire permettra de dessiner des logiques de circulation des artistes à une grande échelle : l’ébauche d’un atlas historique des migrations de peintres au XVIe siècle. En référence à l’étude des réseaux désormais bien instituée dans les recherches historiques, ce thème devra mettre en évidence les principes circulatoires, les courants majeurs qui irriguent l’Europe occidentale, les logiques de solidarités qui président éventuellement ces déplacements, etc. La confrontation des données issues des archives des guildes, collèges et confréries permettra de vérifier l’hypothèse selon laquelle ces structures traditionnelles d’organisation ont joué un rôle actif parce qu’elles offraient déjà un réseau étendu à mailles serrées,  ou ont au contraire empêché toute forme de circulation en érigeant des règles protectionnistes empêchant toute installation de peintres étrangers. L’hypothèse, on le comprend, peut remettre en question le rôle innovant d’un XVIe siècle « Renaissant » dans la constitution d’un espace de travail transnational.

  •  la réglementation du métier.

Le corpus retenu recèle de nombreuses informations concernant les règles professionnelles : ordonnances, statuts, privilèges. Le séminaire consistera à s’interroger sur la nature même de ce cadre juridique.  Il s’agira de sortir d’une vision individualiste du peintre –  qui a longtemps prévalu dans l’histoire de l’art s’agissant du XVIe siècle – pour montrer la nature intrinsèquement instituée et collective de l’activité. On s’attachera notamment à identifier les appuis dans lesquels les artistes sont impliqués (les sphères d’activités), les relations entre individus ou entre organisations, les dispositifs (juridiques, techniques, organisationnels…). Certains de ces appuis sont locaux, d’autres se déploient dans des espaces plus vastes selon un jeu d’échelle complexe que les traditions historiographiques nationales ont logiquement tendu à négliger. Il faut prendre en compte les aspects juridiques des systèmes concernés et des dispositifs pratiques (accords collectifs, statuts, règlements, arrêts,…), mis en œuvre, permettant au droit d’avoir une certaine effectivité, de conformer les pratiques, d’exercer sa fonction régulatrice.

  •  la formation.

Les archives des collèges, guildes et confréries contiennent de très nombreuses données concernant la formation des peintres. Il s’agira de comparer d’éventuelles « traditions » dans  le cadre juridique – apprentissage, compagnonnage,  maîtrise  -, et les contenus – place des enseignements annexes tels le dessin; tenter de cerner d’éventuelles évolutions à une période clé de l’histoire de la peinture – le XVIe siècle « renaissant » – dont on a longtemps considéré qu’elle faisait voler en éclat le cadre traditionnel d’apprentissage du métier de peintre, en rompant avec le schéma artisanal de reproduction du geste magistral. Là encore, la démarche comparatiste permettra de dresser une cartographie du contenu de la formation, à l’échelle de plusieurs villes européennes.

  •  les savoirs, méthodes et techniques.

Les fonds retenus contiennent également de nombreux actes liés à la pratique du métier, en particulier la distinction de spécialité – peintre de toile, de retable ; peintre-verrier. La dimension européenne du projet, sur un temps long, permet de comprendre les modalités, les pratiques et leur éventuelle évolution. Une étude de la constitution des connaissances et des savoirs des peintres au XVIe siècle, qui permettra de dire s’il existe réellement un moment «renaissant» qui se traduit par évolution des savoirs méthodes, techniques artistiques.